no image added yet.

Le piolet et la plume

 

 

Présentation de sa dernière grande réalisation, « Le Tour de France exactement »

       Portrait

      Né une année agitée – 1968, dans le pays de la douceur angevine- Saumur, Lionel se forme d’abord aux sciences physiques, avant de vouer son temps à une passion grandissante : l’alpinisme. Une constante recherche de créativité, d’originalité ne cesse alors de l’animer, et de baliser sa route verticale.
Après des ascensions déjà nombreuses il part en 1994 un an pour un tour du monde de sommets et parois perdues … et difficiles : 12 ascensions solo, dont plusieurs ouvertures de voies, au Kenya, en Ouganda, en Inde du Sud et au Zanskar ou encore en Patagonie. Il poursuit par une « odyssée verticale » d’un an et demi, et laisse une trace éphémère sur des parois du Groenland, des Etats-Unis, du Mexique… Depuis, la liste de sommets lointains, d’ouvertures en ouvertures, de renoncements en nouvelles tentatives, s’allonge. Après avoir été amputé de 8 orteils lors d’une tentative solo de trilogie hivernale des grandes faces Nord alpines (Grandes Jorasses Cervin Eiger) par des directissimes, il repart en 2004 pour une aventure à domicile : « la skyline » ou le tour de l’Oisans par le haut. En 2007, il réalise aussi le tour des Hautes-Alpes, le tour de chauffe avant le récent « tour de la France, exactement » – suivre au plus près les frontières terrestres et le littoral de l’Hexagone-, une extravagante aventure de 15 mois, mêlant de nombreuses activités non motorisées et provoquant d’innombrables rencontres. Parallèlement à ces aventures à sa porte, il se prend aussi de passion pour le Grand Sud qu’il explore à plusieurs reprises :  les Kerguelen approchées avec le fameux bateau ravitailleur Marion-Dufresne, ou encore la Géorgie du Sud, l’ Antarctique… en voilier, skippé par la navigatrice Isabelle Autissier.

Sa motivation à participer au projet

« Les expés mer-montagne occupent désormais une place privilégiée dans mon cœur, et j’aime à ne plus savoir s’il s’agit d’une histoire de cordée ou d’équipage, d’une histoire de « bouts » ou de cordes. Une certitude simple cependant : ces expés particulières, où les différences gagnent toujours à être additionnées, constitue le ciment de cette Liberté, que je chéris par-dessus-tout.

Voilà pourquoi, quand Erwan m’a exposé son projet de circum-navigation mêlé à différentes aventures verticales, il m’a semblé tout naturel et évident d’y participer ! »

Dod sur un bateau, « No Man’s Land de Lionel Daudet »