Navigatrice passionnée

     Jeanne est maman et navigatrice professionnelle depuis une quinzaine d’années.

    Navigatrice attachante et obstinée, elle ne se prend de passion pour la navigation qu’à l’âge de 18 ans. Après avoir fait ses armes en Mini 6.50, elle s’engage en 2002 sur le circuit Figaro et fait ses preuves. En 2005, Jeanne est la première femme du Championnat de France de Course au large en solitaire, qu’elle termine en 9e position. Elle cumule les miles marin puisque son statut de skipper l’a notamment orientée vers de nombreuses grandes courses au large telles que la transat AG2R par sept fois (qu’elle termine en 2nde position en 2010) ou encore la Solitaire du Figaro dont elle prend 6 fois le départ.

      Jeanne est une femme travailleuse, rigoureuse, opiniâtre, enthousiaste, motivée et dont le courage l’amène à affronter, année après année, en solitaire ou par équipe, la mer et ses éléments.

      Son aide pour la préparation du bateau d’avant départ ainsi que sa présence à bord de Maewan sur la première étape, entre l’Aber Wrac’h et l’Islande, est extrêmement précieuse.

Sa motivation à participer au projet

« Pourquoi lorsque j’ai lu le mail d’Erwan qui cherchait un marin pour l’accompagner dans la 1ère partie c’est à dire de l’Aber Wrac’h jusqu’en Islande, j’ai dit « oui je veux en être ?!».

Le projet dans sa globalité fait vraiment rêver. J’ai rencontré Erwan et sa clic d’allumés de montagnards via le Trophée Mer et Montagne et  je me dis qu’il n’y a qu’avec eux que ce genre de projet peut voir le jour avec son lot d’imprévus, d’improvisation et en même temps un fond  structuré et pro. Monter en Islande en février quand les conditions sont des nuits de 15H, 4°C, 40 noeuds de vent et 5 m de vagues, c’est quand même copieux. La réflexion sur la préparation d’un bateau de 12m pour un tel projet est enrichissante, ça change de la course au large, ça ouvre des perspectives.

Mon challenge est de m’assurer que le bateau aille jusque là-haut en toute sécurité avec un équipage heureux… et puis si on réussit ça, je serais peut-être même capable de « monter » une cascade de glace ??? »