no image added yet.

L’ingénierie navale combinée à l’expérience et au gout de la mer.

Annabelle a commencé la voile sur le bateau de ses parents. Sa vie professionnelle débute après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur mécanique. Cette compétence la conduit à travailler entre autre avec l’architecte naval Van Peteghem Lauriot-Prévost à Vannes mais aussi sur « des bateaux incroyables, les plus beaux du monde ! » et sur des 60 pieds, les Imoca qui font également le Vendée Globe. Parallèlement à ça, elle continue la voile en participant à des régates côtières telles que Spi Ouest puis la Transgascogne 2007 et enfin, à participer à la Mini Transat 2013 sur un bateau très particulier. Projet auquel elle a ajouté sa propre « touche » en testant, sur sa toute petite coque de 6m50, des bio-composites, des fibres de lin. Unique sur la Transat.

Annabelle se décrit comme un marin avant d’être coureur. Elle aime résoudre les défis techniques et repousser les limites du bateau.

Ses motivations à participer au projet:

« Lorsque Maewan est venu se mettre à couple de nous à Isafjordur en Islande, j’ai tout de suite eu envie de participer au projet ! Normal, il convient à mes 3 casquettes de navigatrice, ingénieure et aventurière.
Je devais pourtant rentrer en France pour une course au large qui a été annulée 4 jours après mon retour. le soir même, je rachetais un billet d’avion pour l’Islande et 3 jours plus tard j’embarquais sur Maewan vers le Groenland.

Avec la mini transat, Maewan est l’une des plus belles aventures que j’ai vécue, aussi bien sur le plan humain que technique et maritime ! J’espère bien revenir ! »