Avant d’affronter les tempêtes et les glaces du Groenland en compagnie de La Louise, la goélette de Thierry Dubois, Maewan a complètement renouvelé son équipage. Revue.


– Maewan se renouvelle – Sauf son capitaine ! –

Annabelle Boudinot

Annabelle Boudinot

Leo Slemett

Leo Slemett

Bertrand Delapierre

Bertrand Delapierre

Eric Loizeau

Eric Loizeau

Passé en « villégiature » sur la Louise, je laisse mon poste d’équipier-media à Bertrand Delapierre, le talentueux et solide réalisateur chamoniard – bertranddelapierre.wordpress.com. A la place d’Aurélien Ducroz, free-rider et marin professionnel, qui a malheureusement dû planter le projet l’avant-veille, un duo jeune et choc se répartit les casquettes mer et montagne. Annabelle Boudinot – minitransat.fr/skipper/annabelle-boudinot – est une jeune ingénieure, coureuse au large issue de la filière « Mini 6.50 ». D’ordinaire, elle affronte la baston seule et sans ciller à bord d’une coquille de noix de 6,50 mètres. Il y a des chances que les 10 mètres de Maewan lui paraissent plus confortables. Léo Slemett est un garnement de Chamonix qui fait des étincelles avec ses cares sur le free-ride world tour – leoslemett.com. Il n’a pas idée de ce qu’est la navigation à la voile. Il est évident que ceci ne va pas durer, du moins espère-t-on qu’il n’a pas le mal de mer. Enfin, last but not least, le « Capt’ain Loizeau » est de la partie. Il ne pouvait pas ne pas l’être. En organisant depuis deux décennies le Trophée Mer et Montagne, il a fait se rencontrer ces deux mondes si proches, si différents. Celui qui fut équipier d’Eric Tabarly et élu marin de l’année en 1978 pour ses exploits en solitaire et sur trois coques, celui qui gravit l’Everest en 2003 et y laissa de sa chair, est un peu le papa de toute l’histoire – ericloizeau.blogspot.fr. Quand à Erwan Le Lann, on ne le présent plus ! Ceux qui ont du mal à l’identifier retournent en home-page sans toucher 20 000.

Erwan et Annabelle morts de rire à l'idée d'affronter une tempête force 10

Erwan et Annabelle morts de rire à l’idée d’affronter une tempête force 10

– A bord de la Louise – C’est pas mal non plus ! –

A bord de La Louise – lalouise.fr – nous embarquons nombreux sous la houlette de son capitaine-architecte. Grand marin tour-du-mondiste, acteur majeur du Vendée Globe 1997, Thierry Dubois s’est rendu célèbre par ses naufrages et ses sauvetages in-extremis. Aujourd’hui, il participe, entre autres, à la formation sécurité des coureurs au large, autant dire qu’il sait de quoi il parle. A ses côtés, Fanny, sa seconde, est une professionnelle de la navigation de plaisance. Souvent dans la lune, elle se pare d’un calme et d’une bonne humeur sans faille, des qualités indispensables pour encaisser les monumentales colères que ses manœuvres parfois approximatives ne manquent pas de provoquer chez son perfectionniste patron. Il y a enfin la pléthorique équipe « montagne » de La Louise. Outre votre serviteur chargé des images, elle est d’abord composée du free-rider Adrien Coirier et de l’alpiniste Mathieu Maynadier. Le premier est un passionné total. Après avoir constamment été classé dans les dix premiers mondiaux depuis 1999, date à laquelle il bascule de l’alpin au free-ride, il oriente depuis peu sa carrière vers les trips d’aventure et les destinations exotiques – adride.fr. Le Groenland l’excite donc au plus haut point et il a invité Christophe Stramba-Badiali, un ami photographe, à le suivre pour en témoigner – christophestramba-badiali.com. Le second est guide de haute montagne. Surnommé Mémé, c’est un des meilleurs alpinistes de sa génération – lenuisible.blogspot.fr. Très polyvalent, il excelle en cascade de glace et dans les expéditions himalayennes qui, même s’il n’en tire aucune gloire, lui ont valu plusieurs nominations aux Piolets d’Or. Les deux zozos ont pour caractéristiques communes un excellent caractère, un gout du risque prononcé et un sens de l’humour potache appréciable en toutes circonstances. Enfin, deux passagers qui se qualifient eux-mêmes de « clandestins », ont embarqué à la dernière minute. Joseph « Pépé » Rhôdes et Carole « Clarinette » Rattaggi sont de solides montagnards des Hautes-Alpes. Cette dernière a notamment fait partie de la promotion 2010/2012 de l’ENAF de la FFME, l’élite du jeune alpinisme au féminin – elements-odyssee-feminine.org. Venus skier quinze jours en Islande et sans billet retour, ils ont sauté sur les places libres de La Louise. « On n’est jamais de trop pour veiller dans les glaces ou rigoler à table. » a déclaré Thierry en les accueillant. Dans le jargon, on appelle ça « faire du bateau-stop ».

Tout ce beau monde se retrouve dans un fjord à la sortie du port. « Passer une première nuit en mer permet à ceux qui débarquent de l’avion de « s’amariner » un peu, estime Thierry. De prendre contact avec le bateau. Vu ce qui nous attend, c’est léger mais c’est mieux que rien. » Vu ce qui nous attend, en effet, je doute que ce soit suffisant. Mais à présent les dès sont jetés. Prochain rendez-vous en mer pour un récit d’Eric Loizeau intitulé « Passe-moi l’seau », avec les pétrels tempêtes et les albatros FLAP-FLAP, les vagues noires et l’écume blanche SPLOASH, les haubans qui sifflent WIZZZ … et BLEUARQ, le saut pour gerber.

Guillaume Vallot

Guillaume Vallot

Thierry Dubois à la barre de La Louise

Thierry Dubois à la barre de La Louise

Adrien Coirier, Mathieu Maynadier et Thierry Dubois de gch à drt.

Adrien Coirier, Mathieu Maynadier et Thierry Dubois de gch à drt.

Fanny Schumacher

Fanny Schumacher

Joseph Rhôdes

Joseph Rhôdes

Christophe Stramba-Badiali

Christophe Stramba-Badiali

Carole Rattaggi

Carole Rattaggi

Mathieu Maynadier

Mathieu Maynadier

Adrien Coirier

Adrien Coirier

Textes : Guillaume Vallot – gvallot@free.fr

Photos – sauf mention : Eric Loizeau, Erwan Le Lann et Guillaume Vallot