Isafjördur, dernière escale Islandaise – Cascades et retrouvailles

Nous retrouvons nos héros bien à l’abri dans le port d’Isafjördur où, pendant une semaine, Maewan et son capitaine se sont refais la cerise. Entre belles rencontres, jolies premières et analyse météo, Erwan a fêté ses 42 bougies et les retrouvailles avec La Louise.


Dimanche 22 mars 2015. Ouverture de la cascade Maewan

Sillage de Maewan dans le fjord givré

Sillage de Maewan dans le fjord givré

Erwan - Ouverture de la voie "Maewan"

Erwan – Ouverture de la voie « Maewan »

Erwan : un nouveau regard sur l'Islande

Erwan : un nouveau regard sur l’Islande

Approche à ski des cascades vierges

Approche à ski des cascades vierges

Après que Dod et Aymeric se soient envolés vers des cieux plus septentrionaux, Erwan accueille Jacopo Buffacci. Ce jovial guide italien est chef designer chez HaglÖfs, le partenaire textile-montagne de l’expédition. Entre deux séances de photos en montagne, la coque du bateau résonne de rires et de conversations passionnées. Jacopo a beau vivre en Suède depuis plusieurs années, la chaleur latine reste sa vraie nature. Nous passerons aussi beaucoup de temps avec Jay et Natasha. Ce couple d’Américains hors norme et leurs quatre enfants de 15 jours à 10 ans, font le tour du monde sur Messenger, un ex-voilier de régate de 12 mètres retapé par leurs soins et resté… Sans moteur ! Typiquement le genre de doux barges parfaitement attachants : familiacoconut.com. Entre deux journées bricolage, Erwan se décide à se dégourdir les jambes pour ouvrir une jolie ligne au dessus du port. Et, naturellement, ce dimanche là est un jour de grand mauvais temps, on ne se refait pas. La longueur clé, très impressionnante, est composée d’une grande méduse en lévitation dans un surplomb de 15 mètres. Et, naturellement, Erwan s’y lancera avec du matériel a minima, exposant copieusement la viande ce qui devait lui procurer un grand bonheur. En faisant péter la grande corniche sommitale à la nuit tombante, Erwan accouchait de la difficile première qui manquait au tableau. La voie Maewan, 400 m, WI5+ M7 était née dans la tempête et les frissons ce qui est de bon augure. Le capitaine Siggi, un Isafjördien pur souche et solide montagnard dont le job est d’emmener des touristes au ski sur son voilier Aurora (aurora-arktika.com), nous gratifiera d’un beau compliment teinté d’envie. « Cette paroi et cette ligne, je les regardes depuis ma fenêtre et depuis mon enfance. Chaque hiver, je me demande s’il serait possible de grimper ce genre de truc. Alors chapeau les gars. Je suis content d’avoir vu ça de mon vivant. »

Erwan descend sur Isafjördur à la nuit

Erwan descend sur Isafjördur à la nuit

yOp, wAwan et jacOpo flashés en grande joie

yOp, wAwan et jacOpo flashés en grande joie

Vendredi 27 mars. Point météo dans un bar du port

La scène se passe dans un bar du port d’Isafjördur. Thierry Dubois, Eric Loizeau et Erwan Le Lann sont rassemblés autour de l’ordinateur et des cartes isobariques. « Les prévisions te donnent une visibilité à 4 jours, explique Thierry. Ce que tu dois absolument éviter c’est de prendre du vent fort de face au cap Farewell à la pointe sud du Groenland. Avec la banquise stockée sur la cote est, tu ne pourrais pas t’abriter. » Silence. Erwan écoute, concentré, impassible. « Vu les conditions météos et le timing serré du projet Groenland, tu dois donc accepter de partir avec les 45 nœuds annoncés… » Une dépression à 45 nœuds « fichiers » ça signifie des claques à 55 nœuds et des vagues moyennes de sept mètres. Je frémis, car les départs de régate – genre Route du Rhum – sont généralement reportés quand on annonce de telles conditions. Thierry Dubois, qui fut longtemps à la tête de la classe IMOCA – les bateaux du Vendée Globe – est le capitaine chevronné de La Louise, une goélette de 19 mètres qu’il a construit lui-même (lalouise.fr). Pour les fréquenter assidûment depuis une demi-douzaine d’années, il connaît bien ces mers. Et il vient froidement d’expliquer au skipper d’un dériveur intégral de 10,50 mètres qu’il va falloir aller chercher délibérément une tempête de force 10 afin d’atterrir en sécurité dans la banquise dérivante… En d’autres termes, c’est chaud, mais c’est le prix à payer pour appareiller dès demain.  « Erwan, il mise tout sur la chance ! » rigolait Jeanne Grégoire à propos du perpétuel culot du capitaine de Maewan. Si ce diable d’homme est du genre « On lui a pas dit que c’était impossible, alors il l’a fait », il est même du genre « On lui a dit que c’était impossible alors il tient absolument à le faire ».  « Bon, maintenant on boit un coup ? » – épiloguer c’est pas son truc à Erwan !

La Louise et Maewan "à couple"

La Louise et Maewan « à couple »

La Louise à quai - Isafjördur

La Louise à quai – Isafjördur

Les retrouvailles d'Erwan et Thierry Dubois

Les retrouvailles d’Erwan et Thierry Dubois

Anniversaire d'Erwan la veille du grand départ

Anniversaire d’Erwan la veille du grand départ

Textes : Guillaume Vallot – gvallot@free.fr

Photos : Aymeric Clouet, Erwan Le Lann et Guillaume Vallot