What color is levitra pill Grimper… au sud du Groenland? Mais allons y!

What color is levitra pill Grimper… au sud du Groenland? Mais allons y!

1

Ça part de là!

Avant l’enregistrement à Copenhague et ses « overload bags"!!!

Avant l’enregistrement à Copenhague et ses « overload bags »!!!

Voici le message que j’ai reçu un beau matin du mois de janvier !!!L’année s’annonce déjà bien chargée avec pas mal de projets mais une invitation comme ça, ca ne se refuse pas. Charlotte est sur motivée c’est parti on y va.

Tout de suite l’idée de proposer le projet à Florence (Pinet) et à Jérôme (Pouvreau) vient comme une évidence. En effet, ça fait plusieurs fois que l’on se dit qu’on se ferait bien un voyage grimpe aventureuse ensemble.

Et puis chose importante avant de passer 35 jours à 6 sur un bateau de 11 mètres. S’assurer qu’on connaît bien ses coéquipiers et évaluer ses capacités à vivre ensemble !!!! Et là à priori aucuns problèmes. Les trips précédents ont déjà prouvé qu’on pouvait former une bonne équipe tous ensemble … tant au niveau de la rigolade qu’au niveau de la motivation grimpe !

Décollage pour Narsasuaq afin de retrouver Erwan qui arrive du Nord. Un peu de bateau stop puis nous retrouvons le soir même « MAEWAN ».

3

Erwan le capitaine et Emeline second en chef qui nous ont acceuilli comme des rois

4

Transport de Molusques !!!

Petite journée de rangement (c’est important d’être ordonné sur un bateau !!!!) puis c’est parti pour Augpilagtoq le village habité le plus au sud du Groenland. C’est là que nous avons skié cet hiver et nous avions vraiment envie de venir voir en été ce granite rouge que nous avions vu en skiant.

Première impression du Groenland en été : il fait pas si chaud !!!! L’eau de la mer reste bien froide et même si nous avons des journées longues de grand soleil dès que celui ci baisse ça caille !!!!

5

Le topo des couennes d’Augpilagtoq.

Topo de Happy Maewan

Topo de Happy Maewan

Après une petite journée à grimper près du village nous partons pour l’aiguille située à l’aplomb du village que j’ai envie de grimper depuis cet hiver. Au final une belle journée de grimpe un premier sommet et déjà l’envie de passer la seconde et partir dans un grand mur.

Maewan pris dans les glaces.

Maewan pris dans les glaces.

Jacob et Nono.

Jacob et Nono.

Après une petite journée de repérage infructueuse dans une vallée située en face du village nous décidons de quitter Augpilagtoq. Ca fait presque une semaine que l’on est là, on se sent bien dans ce petit village. Les gens sont très accueillants et contents de voir que des gens restent chez eux. Les visites des locaux sur le bateau se succèdent. La glace a rempli le port et l’aide de nos nouveaux potes NONO et JACOB nous sera bien utile pour arriver à sortir Maewan du port.

Le Topo...!

Le Topo…!

Mouillage 3 étoiles.

Mouillage 3 étoiles.

Notre objectif est de nous rendre dans Kangerdluarssuk Fjord où nous avons vu des murs et du rocher prometteurs. Dès notre arrivée, un mur attire l’attention de Florence il est raide et le rocher semble top. En plus, il y a un mouillage juste au début de l’approche. Paquetage des sacs et c’est parti pour une journée au top sur un rocher parfait. Encore une belle (et longue) journée que nous dédicaçons à notre pote Mikey qui travaille comme un fou en ce moment pour être du prochain trip. Ce sera donc Mikey pied d’acier.

Sommet de mikey pied d’acier.

Sommet de mikey pied d’acier.

Saga Africa en feu.

Saga Africa en feu.

Gérôme en mode machine.

Gérôme en mode machine.

Retour au bateau et c’est reparti pour du repérage pas mal de mur mais un en particulier attire notre attention. La saga africa !!! Nous partons pour une journée de grimpe sans vraiment savoir encore ce qui nous attend. Arriver au pied c’est l’excitation totale le rocher est collector et surtout lézardé de toute part de fissures. C’est décidé, nous allons essayer d’ouvrir une voie droit dans le raide.

15

Le feu de mousses millénaires une des nombreuses passions de Gêrome.

16

Le topo.

Une première journée pour fixer le socle puis nous remontons deux jours plus tard armés de toutes notre quincaillerie et de quoi bivouaquer. Au final, une superbe ligne de 300m soutenue sur un rocher parfait. Nous avons équipé cette voie pour dans l’idée qu’elle puisse être répétée. Aucun point dans les longueurs mais tous les relais sont en place.

Florence à la fin d'un beau combat.

Florence à la fin d’un beau combat.

On profite du quai pour s’étaler.

On profite du quai pour s’étaler.

Le temps passe et il faut réfléchir à la suite. Nous n’avons pas forcément le temps d’ouvrir une nouvelle ligne mais il nous reste du temps pour remonter vers le nord et visiter Tasermiut ou nous aimerions grimper Moby dick. Petit stop à Nanortalik pas très reposant à cause de sa Saturday night fever !!! Une fois remit de nos émotions et après une bonne grasse mat c’est reparti. Nous faisons les sacs et les dernières courses et prenons la direction de Tasermiut.

Maewan navigant alors que l'on grimpe.

Maewan navigant alors que l’on grimpe.

Charlotte sous l’œil du head-wall.

Charlotte sous l’œil du head-wall.

Une fois sur place c’est la grande classe une          concentration de mur raide assez unique. Une approche assez facile après la Saga Africa et nous sommes prêt à en découdre avec ce mur qui nous paraît bien petit pour 1000M. Les deux premières journées se déroulent sous un grand soleil qui nous fait un peu oublier nos grosses patates qui se coincent à la moindre occasion. Et même si nous n’avançons pas trop vite, l’escalade déroule et nous profitons de cette chaleur que nous ressentons pour la première fois depuis le début du voyage.

18

Le premier camp.

Mémé dans le bastion.

Mémé dans le bastion.

Troisième jour changement d’ambiance il fait gris, froid et le ciel s’obscurcit de plus en plus au loin. Nous sommes toutefois bien décidés à aller au sommet même si le froid nous rend la tâche bien ardue. Quelques flocons le troisième soir nous poussent dans nos retranchements. C’est dur il fait froid, on est humide. Après concertation, on décide de passer la nuit là malgré tout. On redescend d’une longueur afin de nous mettre à l’abri sous un surplomb en espérant qu’il ne neige pas 20 cm dans la nuit.

Le club au sommet.

Le club au sommet.

Au réveil il ne fait pas franchement beau, il fait carrément froid mais on ne peut pas s’arrêter là. Ce n’est pas tous les jours que l’on a la chance de pouvoir grimper dans des murs de cette ampleur. La dernière journée s’avère difficile puisque les longueurs sont soutenues et font souvent 50m ce qui est gage de refroidissement intense pour celui qui assure. Mais finalement à 18H00 nous arrivons au sommet, fatigués mais contents. Devant nous des murs à perte de vu puis l’Inlandsis, vision irréelle !!!

Retour au bateau après 30 rappels...

Retour au bateau après 30 rappels…

19H00 nous commençons le premier des 30 rappels qui nous attendent et c’est vers minuit que nous décidons de nous arrêter afin de ne pas faire la dernière partie moins raide de nuit. Une fois au pied le soleil fait une apparition comme pour nous féliciter d’avoir été au bout et nous rentrons tranquillement au bateau ou un repas gargantuesque à base de moules nous attend.

L’équipe au grand complet avant la remontée vers Nuuk.

L’équipe au grand complet avant la remontée vers Nuuk.

Et comme un peu tout le temps depuis le début du trip …c’est reparti. Maintenant, il ne nous reste plus que cinq jours pour ne pas louper notre avion… La première journée de navigation sur une mer agitée, associée à la fatigue du mur fait vivre une bonne session mal de mer pour Charlotte, Emeline et Mémé. Gerôme de part son sang marin breton ne voit rien passer et Florence grâce à une rigueur extrême (elle reste plus de 7 H sur le pont ) parviendra à y échapper. Heureusement la suite et plus clémente et c’est au grand dam du capitaine que nous cabotons vers le Nuuk au moteur !!!

Merci capitaine pour ce nouveau trip dont nous nous souviendrons !!!!

24

… ?

Texte: Mathieu Maynadier

Photos: Maewan Team